Bruxelles Capitale de l'Europe

La crise Géorgienne suscite différentes interrogations : Quelle est la stratégie de la Russie ? Quelle est son ambition globale ? Que doit faire l’Union Européenne ? Quel est le partenariat stratégique à adopter ?

Telles étaient les différentes questions soulevées par Daniel Vernet (Directeur des relations internationales au journal “Le Monde” lors de sa conférence – débat du 2 septembre 2008 à l’IFRI – Bruxelles (Institut français des relations internationales – www.ifri.org). Plusieurs raisons expliquent la crise Géorgienne.

Le contrôle de l’énergie est un élément mais il y a d’autres éléments qui expliquentla crise Géorgienne. La Russie poursuit un objectif normatif qui est de “re”définir l’ordre mondial du système de relations internationales d’aujourd’hui sur d’autres valeurs que celles de l’Occident. La Russie ne veut pas de “l’unilatérisme” américain pas plus qu’elle ne veut du “postmodernisme” de l’Union Européenne (régler les conflits, la question des minorités etc…).

Le nationalisme Russe, de type mafioso-autoritaire, n’est pasun modèle attractif. Le pouvoir de Poutine est un pouvoir autoritaire à l’intérieur et expansionniste-agressif à l”extérieur. Mais un modèle de sortie du système soviétique ne sera pas différent du modèle “Poutine”.

La Russie a pour ambition de définir un autre modèle différent du Marxisme-Léninisme. Et ce modèle pourrait être tentant pour d’anciens pays du tiers monde ; la Chine, l’Amérique Latine. La Chine pourrait-elle être l’alliée de la Russie ? Dans quelle mesure les Chinois pourraient proposer une alternative au modèle libéral de l’Occident?

La Russie souhaite contrôler l’énergie en Asie Centrale. La politique extérieure agressive de la Russie est fondée sur l’état pétrolier pour contrôler l’oléoduc BTC par l’intermédiaire d’un pouvoir Géorgien et empêcher un approvisionnement européen qui échappe à Gazprom, donc à la Russie. Or, l’Europe souhaite diversifier ses sources d’approvisionnement et le marché européen est fondamental pour la la Russie. Et donc une incitation très forte à dépecer l’ancienne Géorgie. La Russie a eu le sentiment d’être humiliée et elle souhaite se venger de l’humiliation.

Quelle est la stratégie de la Russie pour rétablir une zone d’influence contre l’Occident ? La manœuvre de la Russie est de diviser l’Europe et aussi les Etats-Unis : l’ancienne Europe (France, Allemagne, Italie …) et la nouvelle Europe (Pologne, Pays Baltes…). Cette manœuvre de division va-t’elle réussir ? Ou y aura-t’il un durcissement de l’Europe par l’alignement sur la nouvelle Europe ou un plus petit commun dénominateur, une position molle!

La Russie et l’Union Européenne partagent le même territoire. La guerre à la Géorgie est un coup de semonce à limiter la politique européenne de voisinage (PEV); et aux futurs élargissements.

Le partage des zones d’influence est-il possible ? Que doit-faire l’UE avec la Russie et son voisinage ? En finir avec l’ingénuité quant à la nature du pouvoir de Poutine ; éviter de donner des signes d’apaisement ; refuser d’autoriser Moscou à décider du système économico-politique de ces voisins et les aider à réussir un modèle libéral démocratique.

____________

Actuelles de l’Ifri :

http://www.ifri.org/newsletterArchive/news_ACTUIFRI_59_fr.htlm

– Crise russo-géorgienne : la multivectorialité russe au pinacle, JulienThéron.

– Crise russo-géorgienne : les trois dilemmes des Occidentaux, Julien Théron

Author :
Print